18.09.2017, 00:01  

Sa plus belle victoire

Abonnés
chargement
Marco Chiudinelli donne deux points à la Suisse ce week-end.

 18.09.2017, 00:01   Sa plus belle victoire

Par ats

TENNIS - A 36 ans, Marco Chiudinelli offre le point du maintien à l’équipe de Suisse.

Admirable Marco Chiudinelli! Le Bâlois de 36 ans a apporté à la Suisse le point de son maintien dans le groupe mondial contre la Biélorussie (3-2) lors, très certainement, de l’ultime rencontre de sa carrière en Coupe Davis. A Bienne, le matricule 252 au classement ATP s’est imposé 6-4 6-3 devant Yaraslav Shyla (ATP 333) pour sceller l’issue de...

Admirable Marco Chiudinelli! Le Bâlois de 36 ans a apporté à la Suisse le point de son maintien dans le groupe mondial contre la Biélorussie (3-2) lors, très certainement, de l’ultime rencontre de sa carrière en Coupe Davis. A Bienne, le matricule 252 au classement ATP s’est imposé 6-4 6-3 devant Yaraslav Shyla (ATP 333) pour sceller l’issue de cette rencontre Suisse - Biélorussie. Menée 2-1 samedi soir après la défaite des néophytes Adrian Bodmer et Luca Margaroli en double, la formation de Severin Lüthi a, presque en toute logique, renversé la situation dimanche. Un Henri Laaksonen (ATP 115) retrouvé avait égalisé à 2-2 à la faveur de son succès 6-2 6-2 5-7 6-2 devant Dzmitry Zhyrmont (ATP 333).

L’homme fort du week-end

Venu à Bienne très tôt pour avoir le temps de bien prendre ses marques dans cette nouvelle Swiss Tennis Arena, Marco Chiudinelli, l’un des quatre vainqueurs de 2014 avec Roger Federer, Stan Wawrinka et Michael Lammer, fut bien l’homme fort du week-end. Après être sorti victorieux d’un très beau combat vendredi contre Zhyrmont, il a témoigné d’une maîtrise absolue dans ce simple décisif. Comme Stan Wawrinka à Sydney en 2011 contre l’Australie, Roger Federer en 2014 à Genève face au Kazakhstan et Antoine Bellier l’an dernier à Tachkent devant l’Ouzbékistan, Marco Chiudinelli a connu, à son tour, l’ivresse absolue de remporter l’ultime simple d’une rencontre de Coupe Davis. «Ressentir de telles émotions pour la première fois est vraiment magnifique», confie-t-il. Le Bâlois méritait mille fois de vivre une telle apothéose, lui qui fut toujours partant pour défendre les couleurs de son pays à l’exception, comme il a l’honnêteté de le relever, du long voyage de l’an dernier en Ouzbékistan.

La sagesse de Laaksonen

Il convient également de relever les mérites de Henri Laaksonen. Méconnaissable vendredi face à Shyla, le Schaffhousois a eu la sagesse de reprendre son ancienne raquette dimanche. Dans ce match couperet, il ne fut jamais réellement en danger malgré la perte du troisième set. Il a su serrer sa garde à l’entame de la quatrième manche pour mettre en sûreté ce point du 2-2. Lors de ce week-end, il a très vite compris que sa décision de changer de marque et de modèle de raquette à la veille d’un barrage de Coupe Davis était une folie.

La Suisse connaîtra mercredi le nom de son adversaire lors de la rencontre du premier tour du Groupe mondial 2018. Un Suisse - France, seule affiche qui aurait pu, pourquoi pas, titiller Roger Federer ou Stan Wawrinka, ne pourra pas avoir lieu. Nouveau règlement oblige, le finaliste de 2017 est, en effet, assuré de jouer son premier match à domicile.

Le règlement qui oblige un joueur à disputer au moins trois rencontres de Coupe Davis pour être en mesure de disputer les Jeux de Tokyo en 2020 est le fragile espoir auquel s’accroche le président de Swiss Tennis René Stammbach pour que sa dream team se reforme un jour. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top