20.09.2017, 23:30

La Suisse au Kazakhstan

Abonnés
chargement
Henri Laaksonen sera une nouvelle fois appelé à jouer les fers de lance helvétiques en Coupe Davis.

 20.09.2017, 23:30 La Suisse au Kazakhstan

Par ATS

TENNIS Très probablement sans Federer ni Wawrinka, les chances helvétiques seront minimes en 2018.

Un long déplacement au Kazakhstan pour les messieurs: le tirage au sort du 1er tour de la Coupe Davis n’a pas été particulièrement avantageux pour la Suisse. De toute façon, alors qu’il est pratiquement acquis que ni Roger Federer ni Stan Wawrinka ne seront du voyage, alors que Marco Chiudinelli a probablement livré sa dernière bataille la semaine...

Un long déplacement au Kazakhstan pour les messieurs: le tirage au sort du 1er tour de la Coupe Davis n’a pas été particulièrement avantageux pour la Suisse. De toute façon, alors qu’il est pratiquement acquis que ni Roger Federer ni Stan Wawrinka ne seront du voyage, alors que Marco Chiudinelli a probablement livré sa dernière bataille la semaine passée en barrage contre la Biélorussie, alors que même la présence de Severin Lüthi sur le banc comme capitaine n’est pas garantie, les chances helvétiques auraient été plus que minces quel qu’ait été l’adversaire.

Peut-être que la réception de la Hongrie – une des huit possibilités – aurait fait exception à la règle. Et encore. Privée de ses deux cracks, la Suisse d’Henri Laaksonen ne peut à l’évidence prendre personne de haut. Certes, le Kazakhstan n’est pas en mesure non plus d’aligner une «dream team», ses meilleurs représentants au classement ATP étant, actuellement, Mikhail Kukushkin (78) et Alexander Bublik (96).

Ce dernier, un joueur très fantasque, est toutefois sur la pente ascendante et vient de faire son entrée, comme Laaksonen, dans le top 100.

Les deux pays se sont affrontés à deux reprises: lors d’un barrage perdu 5-0 par Wawrinka (mais pas Federer) et ses coéquipiers en 2010 à Astana, et en quart de finale de l’édition triomphale de 2014. Un duel qui avait été plus serré que prévu à Palexpo, la Suisse ne s’imposant que 3-2 grâce à une victoire dans le dernier simple de Federer face à Andrey Golubev. Ce dernier avait commencé par une victoire le vendredi sur Wawrinka et avait encore remporté le double au côté d’Aleksandr Nedovyesov face aux champions olympiques 2008 de la spécialité.

Il est hautement improbable de voir le Bâlois et le Vaudois faire un si pénible crochet par le Kazakhstan (du 2 au 4 février) entre l’Open d’Australie et la tournée américaine (Indian Wells et Miami). Tout comme il est alors hautement improbable de voir la Suisse enfin gagner un match du 1er tour, ce qui ne lui est plus arrivé depuis l’épopée de 2014 lancée face à la Serbie (sans Novak Djokovic). ATS

L’équipe de Suisse ira en République tchèque en début d’année prochaine, pour le 1er tour de la Fed Cup (10 et 11 février). Il s’agit clairement d’un des pires tirages possibles pour Timea Bacsinszky et Cie.

La République tchèque, demi-finaliste battue 3-2 cette année par les Etats-Unis, est un des pays les plus «denses» au monde du point de vue tennistique. Les Tchèques peuvent aligner, à choix, six joueuses appartenant actuellement au top 50: l’ancienne patronne du classement WTA Karolina Pliskova (désormais WTA 4), la double lauréate de Wimbledon Petra Kvitova (13), Barbora Strycova (25), Lucie Safarova (28), Kristyna Pliskova (42) et Katerina Siniakova (50).

Du reste, les deux pays se sont affrontés sept fois, avec un bilan nettement favorable aux Tchèques (6-1). ATS


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top