18.09.2017, 18:30  

Rallye: Sébastien Carron n'a peut-être pas encore fini d'empiler les trophées

Abonnés
chargement
Sébastien Carron complète sa collection de trophées. Il en a désormais trois en quatre ans.

 18.09.2017, 18:30   Rallye: Sébastien Carron n'a peut-être pas encore fini d'empiler les trophées

champion - Déjà triple vainqueur du championnat de Suisse des rallyes en quatre ans, Sébastien Carron n'envisage pas forcément de lever le pied. Il n'est en tous les cas pas encore blasé malgré toutes ses victoires.

RALLY VALLI CUNEESI

«J’ai explosé de joie avant de verser une larme»

Sébastien Carron avait besoin d’une victoire en Italie afin de s’assurer, quoi qu’il arrive, d’un troisième titre national. Au côté du Français Vincent Landais – un quatrième navigateur en deux ans -, il n’a pas tremblé. «Je me suis toutefois fait une grosse frayeur à deux kilomètres de l’arrivée de la première spéciale, sourit-il. Dans une épingle très grasse, j’ai fait un tête à queue....

RALLY VALLI CUNEESI

«J’ai explosé de joie avant de verser une larme»

Sébastien Carron avait besoin d’une victoire en Italie afin de s’assurer, quoi qu’il arrive, d’un troisième titre national. Au côté du Français Vincent Landais – un quatrième navigateur en deux ans -, il n’a pas tremblé. «Je me suis toutefois fait une grosse frayeur à deux kilomètres de l’arrivée de la première spéciale, sourit-il. Dans une épingle très grasse, j’ai fait un tête à queue. J’ai perdu une dizaine de secondes dans l’aventure. Sans cet incident, nous aurions pris la tête d’entrée. J’ai commis une erreur, j’en suis conscient. D’ailleurs, j’étais un peu fâché contre moi-même.»

A partir de là, le Valaisan a dû se battre pour revenir sur Ivan Ballinari. Il est reparti pied au plancher afin de réparer sa mésaventure. «Je lui ai repris cinq secondes lors de la troisième spéciale. Le juge de paix, c’était la cinquième spéciale. C’est là que nous avons fait la différence en laissant derrière nous les WRC italiennes, en réalisant le scratch et en laissant notre adversaire direct à 21 secondes. Dès lors, le trou était fait. Finalement, sous la pluie alors que nous étions tous en pneus «slick», j’ai relégué Ballinari à une minute supplémentaire. A l’arrivée, nous avons explosé de joie. Il y avait tellement d’émotions que j’ai lâché quelques larmes. C’était un rallye très exigeant. Nous nous sommes imposés avec la manière.»

Au classement général, bien que meilleur Suisse, il laisse la victoire aux Italiens Alessandro Gino et Marco Ravera sur une Ford Fiesta WRC.

 

UN TROISIEME TITRE

«L’aboutissement d’un gros investissement»

Sébastien Carron est donc sacré pour la troisième fois en quatre ans: 2014, 2016 et 2017. Il n’a pas eu besoin d’attendre, comme l’année passée d’ailleurs, le Rallye du Valais pour être assuré de soulever le trophée. Son titre ne souffre pas de la moindre discussion compte tenu de sa domination en Suisse. «Disons qu’Ivan Ballinari est un très beau deuxième. Il a toujours été en embuscade. Il m’a aussi contraint à devenir un meilleur pilote. Si j’avais eu le moindre souci à Cuneo, le titre se serait joué en Valais. Il est souvent deuxième, je peux comprendre sa frustration.»

Le Tessinois est désormais habitué à échouer dans les échappements du Valaisan. Quant au Valaisan, il n’est pas lassé de gagner. «Non, c’est toujours une immense satisfaction, sourit-il. C’est l’aboutissement d’un gros investissement au niveau professionnel, familial et des amis. Ce n’est pas une contrainte. Mais ça n’est pas rien. En début de saison, je ne pensais pas disputer toutes les manches. Le premier titre restera spécial, un rêve de gamin. Le deuxième, il fallait confirmer. C’était très fort de gagner le «Valais». Du troisième, je retiendrai surtout d’avoir pu rivaliser avec Sébastien Loeb lors du «Chablais», mon idole quand j’étais jeune.»

Sébastien Carron est au-dessus du lot en Suisse. Le niveau des pilotes, dans notre pays, est toutefois largement reconnu à l’étranger. «A Cuneo, nous sommes devant les meilleurs pilotes italiens de la catégorie R5 avec des écarts conséquents. Le problème des pilotes suisses, c’est qu’ils ne prennent pas part à toutes les manches dès lors qu’ils ne peuvent plus enlever le titre.»

 

UN RECORD SUISSE

«Pas si important mais c’est sympa»

En s’imposant en Italie, Sébastien Carron a remporté dix des onze dernières manches du championnat de Suisse. Surtout, il restait, avant le rallye du Tessin, sur neuf victoires d’affilée. Un record au niveau national. «Sauf erreur, le précédent record datait des années 1970 avec sept succès de rang, apprécie-t-il. J’ai su cet été, seulement, que je détenais cette nouvelle marque, soit bien après mes dernières victoires. Franchement, je ne m’étais jamais intéressé à ça. Aujourd’hui, c’est sympa d’avoir ce record même si je n’y attache pas plus d’importance que tant non plus.»

La série s’était arrêtée au Tessin, en juin dernier. Le pilote valaisan avait rencontré un problème avec le turbo de sa Ford Fiesta R5. Deuxième, il avait été devancé par Ivan Ballinari.

 

QUEL OBJECTIF EN 2018?

«Je dois analyser tous les paramètres»

Sébastien Carron visera-t-il la passe de quatre en 2018? A ce jour, il n’en sait rien. «Chaque année, je dis que je vais lever le pied. Et chaque fois, je dispute toutes les manches. Ma femme, d’ailleurs, ne se fait pas trop d’illusions. Pour être franc, à ce jour, je n’ai pas encore pris de décision. Idéalement, j’aimerais me calmer quelque peu. Mais je ne suis pas sûr d’y arriver. Il y a tellement de paramètres à analyser je prendrai le temps d’y réfléchir à tête reposée.»

Le Vétrozien a le soutien de ses sponsors, lesquels l’invitent à poursuivre l’aventure. «Pour moi qui ai toujours couru après l’argent, c’est incroyable qu’une marque m’aide à ce point. Compte tenu de cette attente, c’est difficile de ne pas être tenté de continuer. Je ne suis pas blasé. La victoire est toujours aussi belle. Si je repars, c’est pour jouer la gagne. Je n’irai pas juste pour être départ sans trop de prétentions. Seule certitude, je n’arrêterai pas complètement.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

RALLYESébastien Carron triple la miseSébastien Carron triple la mise

rallyeRallye: Sébastien Carron peut décrocher un troisième titre national ce week-endRallye: Sébastien Carron peut décrocher un troisième titre national ce week-end

RALLYESébastien Carron s’arrête à neuf victoiresSébastien Carron s’arrête à neuf victoires

ExploitRallye du Chablais: Sébastien Carron, 2e, a tenu tête au nonuple champion du monde Sébastien LoebRallye du Chablais: Sébastien Carron, 2e, a tenu tête au nonuple champion du monde Sébastien Loeb

Top