15.09.2017, 00:01  

Carron y est presque

Abonnés
chargement
Après 2014 et 2016, Sébastien Carron compte bien réaliser la passe de trois.

 15.09.2017, 00:01   Carron y est presque

RALLYE - S’il s’impose ce week-end en terres piémontaises lors du Rally delle Valli Cuneesi, le pilote valaisan coiffera une troisième couronne nationale.

Sébastien Carron tient son destin entre ses mains: en cas de succès ce week-end au Rally delle Valli Cuneesi, le Valaisan décrochera une troisième couronne nationale après celles coiffées en 2014 et 2016. «Si on peut atteindre ce but au terme de cette course, on ne va évidemment pas s’en priver», confie le Valaisan en souriant. «En plus,...

Sébastien Carron tient son destin entre ses mains: en cas de succès ce week-end au Rally delle Valli Cuneesi, le Valaisan décrochera une troisième couronne nationale après celles coiffées en 2014 et 2016. «Si on peut atteindre ce but au terme de cette course, on ne va évidemment pas s’en priver», confie le Valaisan en souriant. «En plus, décrocher le titre dès ce samedi permettrait d’aborder le Rallye International du Valais avec un peu moins de pression sur les épaules», sourit celui qui refuse pourtant de voir si loin. «On va prendre une manche après l’autre, comme on l’a toujours fait. Pour l’instant, cette façon de procéder a porté ses fruits. On va donc continuer de la sorte.»

D’autres scénarios pourraient voir Sébastien Carron être sacré s’il ne s’impose pas. Mais il faudrait alors entamer des calculs d’apothicaire et prendre en considération de nombreuses hypothèses et inconnues.

Invaincu durant deux ans

L’unique véritable question qui se pose aujourd’hui est de savoir qui peut encore empêcher Sébastien Carron de sabrer le champagne dès ce samedi, à savoir passer devant lui? Force est de constater que les candidats ne se pressent pas au portillon. Seul le Tessinois Ivan Ballinari semble en effet être en mesure de venir gâcher la fête. Ivan Ballinari, c’est tout simplement le seul qui a été capable de se montrer plus rapide que Sébastien Carron au cours de ces deux dernières années. C’était au Tessin fin juin.

Avant cette épreuve, le pilote de la Fiesta R5 restait sur une incroyable série de neuf succès. Un record absolu dans l’histoire du rallye suisse. Un record d’autant plus remarquable qu’il a été réalisé avec quatre copilotes différents. «C’est la preuve qu’à la fin, c’est toute l’équipe qui gagne», remarque humblement Sébastien Carron qui sera accompagné aux notes par le Français Vincent Landais ce vendredi et samedi. «On va essayer d’être devant pour l’empêcher de fêter le titre dès ce samedi soir», lâche de son côté Ivan Ballinari. «On veut rouler du mieux que l’on peut pour être aux avant-postes, tel qu’on a toujours voulu le faire cette saison. Pour battre Carron, il faudra attaquer très fort comme on l’avait fait au Tessin. Même si là-bas, il avait connu des ennuis mécaniques. Sans cela, il aurait très certainement placé sa voiture devant la nôtre», concède le Tessinois.

L’incertitude des sports mécaniques

Sébastien Carron espère justement ne pas revivre les mésaventures du rallye du Tessin lorsque son turbo l’avait lâché. «C’est pour cela qu’il ne sert à rien de se projeter trop loin. Il ne faut pas oublier qu’en sport et encore plus dans les sports mécaniques, rien n’est jamais joué avant la fin.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top