30.09.2017, 08:00  

Ski alpin: pris d’assaut par de nombreuses équipes en camp, le glacier de Saas-Fee est saturé l'été

Abonnés
chargement
Plus de septante lignes sont réservées chaque jour sur le glacier de Saas-Fee. Les équipes ne s'y retrouvent plus.

 30.09.2017, 08:00   Ski alpin: pris d’assaut par de nombreuses équipes en camp, le glacier de Saas-Fee est saturé l'été

Camps d'entraînement - La surfréquentation des installations de ski à Saas-Fee provoque des bouchons et un entassement des teams sur les pistes du glacier de l'Allalin. La situation n’est plus viable, la station va prendre des mesures.

Saas-Fee ne désemplit pas durant l’été et l’automne. Sur le parking à l’entrée de la station, les vans d’équipes suisses, suédoises, françaises, italiennes, espagnoles et bien d’autres s’entassent. A 2750 mètres, sur le glacier de l’Allalin, le constat est similaire. Chaque matin se côtoient plusieurs centaines de skieurs, professionnels, espoirs ou amateurs, sur les septante lignes de course réservées par les différentes équipes.

Saas-Fee est victime de son succès. Avec Zermatt, la station valaisanne est la seule en...

Saas-Fee ne désemplit pas durant l’été et l’automne. Sur le parking à l’entrée de la station, les vans d’équipes suisses, suédoises, françaises, italiennes, espagnoles et bien d’autres s’entassent. A 2750 mètres, sur le glacier de l’Allalin, le constat est similaire. Chaque matin se côtoient plusieurs centaines de skieurs, professionnels, espoirs ou amateurs, sur les septante lignes de course réservées par les différentes équipes.

Saas-Fee est victime de son succès. Avec Zermatt, la station valaisanne est la seule en Europe à proposer des conditions d’enneigement idéales sur glacier en période estivale. Mais contrairement à sa voisine qui ne compte que douze lignes d’entraînements et qui privilégie la qualité – certes bien tarifée à 800 francs la location du couloir –, Saas-Fee lorgne sur la quantité. Elle a fait du ski de compétition sa principale source de revenus durant l’été. Une initiative devenue nécessaire pour remplir les hôtels en période creuse et tenter de rentabiliser les nombreux investissements et frais d’entretien des pistes sur le glacier.

 

 

With a month left to the @fisalpine premiere in Sölden, @mattsolsson is ready to race #skiteamswedenalpine #saasfee #wolverine

Une publication partagée par Ski Team Sweden Alpine (@skiteamswedenalpine) le

 

Longue attente aux installations

Pour séduire équipes et fédérations, la station se rend alors extrêmement compétitive proposant réductions sur les forfaits de ski, prix attractifs pour les logements et flexibilité dans les réservations. La location de l’une des septante lignes est gratuite, sauf pour la piste de vitesse et celle de Coupe du monde proposée à 500 francs. Ainsi, les différents teams, équipes nationales de pointe ou ski-clubs locaux, paient uniquement leurs cartes journalières.

>> A lire aussi: Lara Gut: "J'étais perdue avant ma blessure"

Si les hôteliers se frottent les mains, la surfréquentation des installations et des pistes est devenue un réel problème. Chaque matin, une large foule de skieurs se presse aux aurores devant l’Alpin Express qui ouvre ses cabines à 6 h 45. «Tout le monde veut arriver en premier sur le glacier, ce qui crée un énorme bouchon», explique Patrice Morisod qui entraîne des groupes de jeunes à Saas-Fee. «Pour être certain d’avoir une bonne place et skier le plus longtemps possible, il faut déjà faire la file à 6 heures du matin. Parfois, il est nécessaire d’attendre près d’une heure et demie avant de pouvoir monter dans une cabine.» Sur le glacier, il suffit que l’un des trois téléskis soit en panne et la cohue est assurée.

Dangereuse proximité

Sur la piste, une farandole de piquets rouges et bleus placés à deux mètres les uns des autres décore les septante lignes tracées. «On ne sait plus à quelle équipe appartient la porte», poursuit Patrice Morisod qui pose la question de la dangerosité de la configuration. «Les entraîneurs ne savent plus où se positionner. Walter Hubmann (ndlr: ancien coach des descendeurs helvétiques) s’est fait rentrer dedans il y a un mois. Il a été dans le coma et a failli y passer.» L’empilement des tracés ne permet également plus de modifier les entraînements. «Lors des cours d’entraîneurs, nous apprenons qu’un jeune pour progresser doit pouvoir compter sur des séances variables. Avec un couloir de deux mètres de large, c’est impossible.»

 

 

Les espoirs suisses n’ont pas la priorité

Des couloirs que chaque équipe doit au préalable réserver. Chaque jour à 11 heures se réunissent les différents chefs d’équipe pour assurer la répartition des lignes pour le lendemain. Une priorité existe pour les cadres de Swiss-Ski et les centres nationaux NLZ selon un contrat de partenariat établit entre la fédération faîtière du ski suisse et la station.

>> A voir aussi: L'interviews décalée "fin de vacances" des skieurs valaisans de Coupe du monde

Dans les apparences seulement. «C’est chaque fois la guerre», commente Hugues Ansermoz, responsable et entraîneur du centre national de performance de Brigue. «Les équipes nationales, même si elle est ouzbèke, ont la priorité sur les groupes de Coupe d’Europe ou cadres régionaux suisses. Les priorités vont devoir être discutées pour nous, les Suisses. En France ou en Autriche, leurs équipes de tout niveau se réservent naturellement les meilleures lignes.»

Saas-Fee veut trouver des solutions

Hugues Ansermoz et Patrice Morisod comprennent cependant les difficultés auxquelles la station et les remontées mécaniques font face. «Nous avons encore beaucoup de chance d’avoir des stations pour nous entraîner l’été avec d’excellentes conditions. Saas-Fee a investi énormément et veut rentrer dans ses frais. C’est normal. Toutefois, le modèle est à revoir.»

Saas-Fee n’ignore point ce problème de surfréquentation. «Nous sommes arrivés à la limite de notre capacité sur le domaine skiable estival», reconnaît Saastal Bergbahnen AG. «Nous devons mieux gérer la problématique. Pour le moment, nous n’avons pas de solutions.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

Ski alpin: Michelle Gisin se blesse au genou lors d'un entraînement à SöldenSki alpin: Michelle Gisin se blesse au genou lors d'un entraînement à Sölden

Top