27.09.2017, 00:49

«Je donnais le maximum pour Lara l’athlète, mais j’avais perdu Lara la personne»

Abonnés
chargement
Lara Gut ne se fixe pas d’objectifs chiffrés pour la saison à venir. Elle travaille pour revenir au top sur le long teme.

 27.09.2017, 00:49 «Je donnais le maximum pour Lara l’athlète, mais j’avais perdu Lara la personne»

SKI ALPIN Blessée il y a sept mois, Lara Gut est revenue plus sereine que jamais sur les skis. La Tessinoise a retrouvé un équilibre dans sa vie de femme et d’athlète.

Lara Gut, sept mois après votre blessure, dans quel état d’esprit faites-vous votre retour sur la neige?
Je me sens bien mieux que les années précédentes dans le sens où cette blessure m’a donné la possibilité de me retrouver. De comprendre ce que je désirais et où je voulais aller. A 26 ans, j’ai compris que j’étais une personne avant d’être une athlète. Cela m’a permis de grandir d’une certaine façon.

Vous semblez...

Lara Gut, sept mois après votre blessure, dans quel état d’esprit faites-vous votre retour sur la neige?
Je me sens bien mieux que les années précédentes dans le sens où cette blessure m’a donné la possibilité de me retrouver. De comprendre ce que je désirais et où je voulais aller. A 26 ans, j’ai compris que j’étais une personne avant d’être une athlète. Cela m’a permis de grandir d’une certaine façon.

Vous semblez effectivement épanouie?
Oui, car j’ai trouvé un équilibre. Avant, j’avais de la peine à parler aux médias, à me confier. C’est un nouveau challenge entre ce que je dois faire dans mon travail et être moi-même. Désormais, je me sens heureuse.

Pourquoi? Vous ne l’étiez pas avant votre blessure?
Non, pas vraiment. Ou plutôt, j’étais perdue. Comme sportive, on en veut toujours plus. Je donnais le maximum pour Lara l’athlète mais j’ai perdu Lara la personne. J’étais cette fille heureuse quand elle gagnait une course. Point. Alors qu’il y a de nombreuses autres choses qui te donnent de la satisfaction.

D’où venait ce sentiment?
Après la conquête de mon gros globe de cristal (ndlr: Lara Gut a remporté le général de la Coupe du monde en 2015-2016). C’était un nouveau challenge, il y avait toujours plus de requêtes, de sollicitations, de la pression et les Mondiaux de Saint-Moritz qui arrivaient. Je ne suis pas parvenue à maintenir mon équilibre. Lorsque je me suis blessée, je voulais juste m’arrêter six mois et repartir sur les mêmes bases. Mais c’était bien plus compliqué que cela. J’ai dit à mon frère: «Avoir une médaille d’or et ne pas être heureuse importe moins que de ne pas en avoir et d’être heureuse.»

Comment avez-vous géré votre période loin des pistes?
Au départ, je me suis renfermée sur moi car l’unique chose que je désirais vraiment était de skier. C’était ma première blessure de ce genre en dix-huit années de ski. Puis je me suis retrouvée grâce aux personnes qui m’entouraient au Tessin. Mes amis, ma famille m’ont beaucoup aidé. Lorsque je ne voulais rien faire, ma meilleure amie venait me chercher, nous allions acheter des sushis et nous les mangions devant un film. C’était de moments comme ça que j’avais besoin. Toutes les personnes que j’ai rencontrées m’ont transmis de l’énergie positive. J’ai retrouvé non seulement mon genou, mais également de la confiance. Cela m’a fait remarquer que je ne devais pas me focaliser sur quelques critiques, mais plutôt penser à ces milliers de personnes qui m’ont toujours soutenue.

Vous avez remis il y a deux semaines les skis, n’avez-vous plus d’appréhension?
Il y avait une certaine nervosité au départ, puis après deux virages tout semblait déjà naturel. Je ne dois plus me focaliser sur mon genou. Mais cette blessure m’a également fait comprendre que je devais écouter mon corps, me concentrer sur mon ressenti, de m’accorder du temps pour moi à l’occasion.

Cela signifie que vous n’allez pas concourir sur pratiquement tous les fronts comme vous le faisiez avant?
En tant qu’athlète, tu souhaites toujours en faire plus, puis tu observes qu’en faire moins est au final positif. Evidemment, j’aimerais être dans la position de participer à toutes les courses que je peux. Mais parfois, il serait plus sage de sauter une compétition pour être davantage prête pour la suivante.

D’ailleurs, vous évitez de vous projeter et de vous fixer des objectifs chiffrés.
Effectivement, car je ne sais pas encore quelles sont mes limites. Celles-ci sont aussi relatives et tout change rapidement. C’est pour cela que je n’ai jamais parlé de point, de victoire ou de globe. Je sais que je peux réaliser un virage rapide, mais est-ce suffisant pour gagner une course? Et pour remporter un globe, il faut remporter plusieurs courses. Aujourd’hui, je commence seulement à avoir quelques petites réponses.

Elle ne courra pas à Sölden

Tout juste de retour sur les skis, Lara Gut ne se présentera pas dans le portillon de départ de Sölden le 28 octobre prochain. «Mon souhait n’est pas de revenir au plus vite, mais plus forte», concède à juste titre la Tessinoise qui devrait faire son come-back en compétition le 25 novembre à Killington, aux Etats-Unis. «J’ai ainsi deux mois pour m’entraîner correctement dans plusieurs disciplines et je ne suis pas uniquement stressée par le géant. Je ne travaille pas pour gagner une course, mais pour être en Santé sur plusieurs années et non uniquement à Sölden.» D’autant plus que le prologue autrichien est toujours un peu «spécial». «Il y a beaucoup de pression, car ce n’est pas uniquement une course. Il y a tout un cinéma autour entre les conférences de presse, les séances photos. Ce n’est jamais évident à gérer.» jt

 

Retour

Le 10 février 2017, Lara Gut se blesse entre les deux manches du combiné alpin des championnats du monde de Saint-Moritz.

La Tessinoise, tenante du grand globe de cristal, victime d’une rupture du ligament croisé du genou gauche, doit être opérée et met un terme à sa saison.

Après une rééducation de près de sept mois, la skieuse de Comano a retrouvé la neige au début du mois de septembre.

Hier, elle tenait une conférence de presse à Zermatt pour marquer sa rentrée à cinq mois des Jeux de PyeongChang.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top