28.09.2017, 14:45  

L’audace de Raphaël Wicky saluée après la victoire de Bâle contre Benfica

chargement
Raphaël Wicky a titularisé le jeune Dimitri Oberlin qui s'est fait l'auteur de deux buts, un assist et a provoqué un pénalty.

 28.09.2017, 14:42   L’audace de Raphaël Wicky saluée après la victoire de Bâle contre Benfica

Ligue des Champions Sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines, Raphaël Wicky a démontré toutes ses qualités de coaching lors de la victoire de Bâle contre le Benfica Lisbonne mercredi soir en Ligue des Champions. Revue de presse et réactions du Valaisan.

«La patient FC Bâle est sur le Chemin de la guérison» titrait la «Basler Zeitung» après le succès contre Zurich (1-0). Il semble totalement rétabli après la claque infligée au Benfica mercredi soir en Ligue des champions (5-0). Il le doit à son entraîneur Raphaël Wicky. Encore paria il y a une semaine après une défaite à Saint-Gall (0-2), le voici adulé. Sur le site du quotidien rhénan, il a été voté comme «très bon», soit la meilleure référence, par 71% des 1005 votants.

 

 

Beaucoup estiment que le Haut-Valaisan tient enfin une victoire référence. Raphaël Wicky, lui, évoque cette partie comme «historique pour le FC Bâle et le football suisse. C’est une nuit à se rappeler» après des «moments difficiles» pour le club rhénan qui a remporté le plus large succès de son histoire en Ligue des Champions. «La solidarité nous a permis de rebondir».

Tactique payante

Son approche tactique en 3-4-2-1 a été saluée par les différents médias. «Le discours a bien changé entre le Wicky énervé devant se justifier après la défaite contre Lausanne», mentionne «Blick.ch». La déroute contre Lausanne à domicile (1-2) datait d’il y a deux semaines. Mercredi soir, «Bâle s’est imposé en souverain (…) alors qu’il (Wicky) était particulièrement observé après le mauvais départ de son équipe.»

 

 

Le «Blick» voit ce succès comme «une libération» pour le Valaisan. Le quotidien de boulevard alémanique tout comme la «NZZ» ou «Le Matin» relèvent l’audace de Raphaël Wicky qui a osé aligner d’entrée Raoul Petretta et Dimitri Oberlin qui, malgré leurs vingt ans, ont tous deux réalisé une grosse performance.

>> A lire aussi: Bâle humilie le Benfica Lisbonne

Wicky serein

L’entraîneur rhénan des Valaisans reste cependant lucide. «On ne peut toujours expliquer le football. Tout n’était pas mauvais, et tout n’est pas parfait désormais», a-t-il expliqué aux médias après le match sachant que les prestations de son équipe et les siennes seront naturellement toujours analysées. «Je connais la pression et l’histoire du club. Je suis conscient des attentes. Maintenant, nous devons continuer à travailler et croire en ce que nous réalisons.»

 


Top