05.10.2017, 00:01  

Jean-Marie Pitteloud, une tranche de vie récompensée

Abonnés
chargement
Jean-Marie Pitteloud peut se réjouir, il est le premier boucher à glaner le titre de meilleur producteur et le prix d’excellence.

 05.10.2017, 00:01   Jean-Marie Pitteloud, une tranche de vie récompensée

Par par dimitri.mathey@lenouvelliste.ch

BRAMOIS - Sept ans après avoir repris le Boucher du coin, le Bacouni d’origine a raflé les titres les plus prestigieux lors du Concours suisse des produits du terroir. Un accomplissement.

ABramois, le ciel revêt une teinte terne, proche du grisâtre. Une certaine froideur enveloppe même la rue du Vieux Village. En somme, l’atmosphère est morne. Reste qu’elle est sitôt oubliée à peine a-t-on posé le pied chez le Boucher du coin qui jouxte le magasin Edelweiss. La bonhomie et l’impérissable sourire de Jean-Marie Pitteloud ragaillardissent. Le boucher de 54...

ABramois, le ciel revêt une teinte terne, proche du grisâtre. Une certaine froideur enveloppe même la rue du Vieux Village. En somme, l’atmosphère est morne. Reste qu’elle est sitôt oubliée à peine a-t-on posé le pied chez le Boucher du coin qui jouxte le magasin Edelweiss. La bonhomie et l’impérissable sourire de Jean-Marie Pitteloud ragaillardissent. Le boucher de 54 ans est, depuis samedi, le meilleur producteur suisse dans les produits carnés et lauréat du prestigieux prix d’excellence pour son jambon cru IGP (voir encadré). Une double casquette inédite dans la profession.

Dans les mains du néoprimé, un plateau de dégustation. «Le lard et le jambon cru ont obtenu la médaille d’or», glisse-t-il en nous présentant des tranches finement coupées. «Servez-vous, tout est maison.» Quelque deux morceaux plus tard, quatre Bramoisiens font irruption dans le commerce. Comme beaucoup depuis le sacre, ils sont ici pour féliciter leur boucher. Armés d’un bouquet de fleurs et d’une bouteille de vin rouge, ils improvisent un apéritif au milieu de la petite boucherie de 48 mètres carrés, arrière-salle comprise.

Rester petit et authentique

L’effervescence règne. «Depuis le temps, beaucoup de clients sont devenus des amis», sourit Maria, compagne et «bras droit» de Jean-Marie Pitteloud. Des amis qui, pour l’occasion, se muent en ambassadeurs. «Manger cette viande, c’est voyager en enfance», assure l’un d’entre eux en pointant un morceau. «Le meilleur légume, c’est la viande», plaisante un autre.

Et c’est précisément cette ambiance villageoise que le boucher tient à préserver. Il le martèle, «rien ne va changer, je suis toujours le même». S’il n’entend pas augmenter sa production, c’est avant tout par souci de qualité.

«Nous produisons environ 10 tonnes de viande par année (ndlr: lard, jambon et viande séchée confondus). Faire plus pour faire moins bien ne m’intéresse pas.» L’homme est profondément attaché à cette image de «boucher du coin».

En témoignent les poignées de main (une demi-douzaine) que Jean-Marie Pitteloud a distribuées le temps de parcourir les 25 mètres qui séparent sa boucherie du café voisin. Auréolé de ses deux médailles d’or, l’homme collectionne les louanges: elles illuminent encore un peu plus son visage. Mais il aime à le rappeler, «cette victoire, je la dois aussi à toute mon équipe».

Lame d’un boucher

Depuis son petit nuage, le boucher tâche toutefois de garder les pieds sur terre. «Je ne suis pas une star, un Christian Constantin, compare-t-il. Mais ces récompenses sont une reconnaissance pour une personne passionnée par son travail.» Une passion dont l’éveil s’est amorcé dans son village d’origine, à Vex. Il était alors apprenti. Contacté, le patron de l’époque «garde encore un très bon souvenir de Jean-Marie». Et réciproquement. «Mon maître d’apprentissage m’a inculqué le plaisir de travailler.» Quatre décennies plus tard, l’amour de ce labeur semble intact. Le tout avec un talent à l’image de sa lame, aiguisé.

Plusieurs médailles

Lors du Concours suisse des produits du terroir, Jean-Marie Pitteloud a marqué l’histoire en remportant à la fois le prix de meilleur producteur dans la catégorie des produits carnés et celui d’excellence pour son jambon cru du Valais IGP. S’ajoutent à ces deux titres une médaille d’or pour le lard IGP, une médaille d’argent pour la longe de porc et une médaille de bronze pour sa viande séchée deuxième choix.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top