28.09.2017, 00:01  

La fin de l’hégémonie valaisanne sur le basket féminin?

Abonnés
chargement
Brigitte Huguenin (BBC Troistorrents) et Nadia Constantin (Hélios Basket) devront batailler pour la suprématie valaisanne.

 28.09.2017, 00:06   La fin de l’hégémonie valaisanne sur le basket féminin?

Par Adrien Délèze

LNAF Avec un Hélios au départ d’un nouveau cycle et un BBC Troistorrents renforcé mais pas encore mûr, Fribourg Elfic sera le favori.

Dix-huit titres sur les vingt-trois possibles; c’est le bilan des sept années de basket que les filles d’Hélios laissent derrière elles. Pourtant, l’hégémonie valaisanne sur la LNA féminine pourrait bien toucher à sa fin. Les Vétrozaines se trouvent désormais sur la ligne de départ d’un nouveau cycle, qui doit faire la part belle à la jeunesse.

Dans le...

Dix-huit titres sur les vingt-trois possibles; c’est le bilan des sept années de basket que les filles d’Hélios laissent derrière elles. Pourtant, l’hégémonie valaisanne sur la LNA féminine pourrait bien toucher à sa fin. Les Vétrozaines se trouvent désormais sur la ligne de départ d’un nouveau cycle, qui doit faire la part belle à la jeunesse.

Dans le Bas-Valais, le BBC Troistorrents a quant à lui fait d’importants efforts pour être plus compétitif. Malgré tout, les projecteurs semblent se tourner sans trop d’hésitations vers Elfic Fribourg au moment de désigner le favori du championnat. Michel Huser, président d’Hélios et Jean-Michel Rouiller, président du BBC Troistorrents, se verraient pourtant bien aller titiller les elfes. Mais avant cela, les deux clubs valaisans ouvriront leur saison par un derby, ce dimanche.

Après le sacre de tous les superlatifs, un nouveau cycle

Lorsque Sarah Kershaw et Marielle Giroud soulèvent le trophée de championnes de Suisse un certain samedi du mois de mai, le club sait déjà qu’il est en train de vivre la fin d’un cycle. Les deux dernières «historiques» s’apprêtent à quitter Hélios, au même titre que leur mentor Erik Lehmann. Dans leur spectre, six titres consécutifs en LNA féminine. «Nous ne voulions pas créer une équipe artificielle pour les remplacer», souligne Michel Huser, président des Vétrozaines. «Mais plutôt profiter de notre excellent travail dans la formation pour intégrer des jeunes à notre contingent de LNA.»

Troistorrents veut se professionnaliser

A l’inverse, le BBC Troistorrents a quant à lui vécu un été très mouvementé sur le plan des arrivées. «Cette fois-ci, nous sommes réellement arrivés en LNA.» Jean-Michel Rouiller, président du BBC Troistorrents, prend le temps de choisir ses mots et savoure. Nouvel entraîneur, nouvelles étrangères, apports Suisses de qualité; les Chorgues version 2017-2018 n’auront plus grand-chose à voir avec l’équipe qui a terminé dernière du championnat la saison passée. «Nous avons cherché à mieux nous structurer en engageant notamment Antoine Mantey au poste d’entraîneur de la première équipe et attaché au mouvement jeunesse.»

Mantey dope le recrutement

L’arrivée de l’ancien coach assistant d’Union Neuchâtel a enflammé le mercato bas- valaisan. «Il est sans doute pour beaucoup dans cet engouement pour le club.» Pas moins de six joueuses ont débarqué sur le parquet chorgue. «Nous avons mis les moyens pour jouer les premiers rôles et éviter de revivre le cauchemar de la fin de saison passée», explique Jean-Michel Rouiller. Cette dynamique pourrait-elle engendrer des velléités de suprématie cantonale? «Disons que face à Hélios nous ne serons plus autant déclassées que par le passé», souffle le président des Bas-Valaisannes. Tout en avouant que «la situation est désormais plus favorable» à ses protégées.

Un derby qui durera tout au long de la saison

Plus favorable au point de venir chatouiller la suprématie longtemps établie par les Vétrozaines. «Je n’en suis pas certain. Mais nous sommes ouverts à partager la lumière», sourit le président d’Hélios Basket. «Le premier derby arrive sans doute un peu tôt pour nous», regrette Michel Huser. Si les deux étrangères devraient pouvoir être alignées, Nadia Constantin devra encore patienter pour revenir au jeu. «L’équipe est jeune, son caractère et son expérience vont forcément nous manquer, mais nous ne voulons pas précipiter son retour.»

Hélios se laisse la possibilité de se renforcer

Jeune, l’équipe le sera également sur le long de la ligne de touche, où Danijel Brankovic se postera. «Il connaît déjà le groupe et devra parvenir à faire éclore nos talents.» Si le mot «titre» pourrait bien disparaître du jargon d’Hélios en ce début de saison, les play-off demeurent l’objectif. «Nous savons que nous aurons énormément de peine à défendre notre titre. Mais rien ne nous empêchera de nous renforcer le moment venu», confie Michel Huser. «Elfic part favorite, encore faudra-t-il qu’elle soit présente au bon moment.»

Elfic favorite, mais pas encore championne

Si le combat risque d’être féroce à l’intérieur des frontières cantonales, sur la scène nationale, son homologue chorgue confie également le rôle de favori aux Fribourgeoises. «Selon la logique du moins. C’est une équipe impressionnante sur le papier, habituée à jouer des Coupes d’Europe et des matchs importants. Il y aura forcément un peu d’appréhension chez leurs adversaires.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top