05.10.2017, 00:01  

D’une pierre deux coups

Abonnés
chargement
Les équipes de curling mixte sont composées de deux femmes et de deux hommes.

 05.10.2017, 00:01   D’une pierre deux coups

Champéry reçoit les Mondiaux mixtes dès vendredi. Nouvelle et méconnue, la compétition permet à la station chablaisienne de rester compétitive au niveau international et de se remplir en période creuse.

Champéry et le curling, une histoire d’amour qui dure. «Elle remonte à plus de cent cinquante ans, lorsque les Anglais ont importé ce jeu dans la station. Autrefois, on jouait en milieu naturel, au Grand Paradis», raconte Jacques Dussez, président du comité d’organisation des championnats du monde de curling mixte qui débutent demain. Plus d’un siècle plus tard, la...

Champéry et le curling, une histoire d’amour qui dure. «Elle remonte à plus de cent cinquante ans, lorsque les Anglais ont importé ce jeu dans la station. Autrefois, on jouait en milieu naturel, au Grand Paradis», raconte Jacques Dussez, président du comité d’organisation des championnats du monde de curling mixte qui débutent demain. Plus d’un siècle plus tard, la station chablaisienne est devenue un lieu incontournable de la discipline. Oui, Champéry a brisé la glace. «Aujourd’hui, l’ensemble de la famille mondiale du curling sait placer la station sur une carte géographique», plaisante Luc Fellay, président de la station.

tout a débuté avec le foje

Depuis 2005, plusieurs compétitions de niveau international et de toutes catégories se sont relayées au Palladium. «Tout a débuté avec le Festival olympique de la jeunesse en 2005», rappelle Jacques Dussez. Une manifestation qui avait permis au Chablais de jouir d’une belle visibilité suite au rejet de la candidature des JO 2006. Cinq ans plus tard, Champéry accueillit la crème européenne. Des championnats d’Europe que la station mit à nouveau sur pied, en collaboration avec Monthey, en 2014 et 2015.

Redynamiser la discipline

Forte de son expérience, Champéry décide de monter encore d’un cran. Dès ce vendredi et jusqu’au samedi 14 octobre, 38 équipes internationales composées de deux femmes et deux hommes lanceront leurs pierres et balaieront la glace dans le cadre des championnats du monde mixte. «A ne pas confondre avec le double mixte, discipline olympique, où les équipes sont composées d’une femme et d’un homme», précise Jacques Dussez. Après Berne et Kazan, Champéry accueillera ainsi la troisième édition de ces Mondiaux d’une nouvelle discipline. «Le curling, très médiatisé il y a quelques années, mais dont le souffle est quelque peu retombé, cherchait à se redynamiser. Est-ce pour cette raison que l’on a créé cette jeune discipline?», s’interroge Jacques Dussez, lequel ne propose pas de réponse officielle à la question.

Leader en Suisse

A entendre le président du comité d’organisation, ces nouvelles joutes internationales ne sont pas plus importantes que les précédents Européens. Mais elles ont un avantage non négligeable. «Elles nous permettent de rester actifs au niveau international, de toujours se profiler, et de jouir d’une réelle reconnaissance dans le milieu», éclaire Luc Fellay. «Sans oublier que cette épreuve permet à Champéry de rester le leader au niveau du curling en Suisse et qu’elle aide la station à se remplir dans une période relativement creuse», ajoute Jacques Dussez. Les Mondiaux mixtes à Champéry, une nouvelle étape avant le couronnement en 2026 lors des JO? «Tout le monde y pense, évidemment. Les lieux ont été fixés et Champéry se trouve sur la carte de la candidature. Ce qui est certain, c’est que nous disposons des infrastructures, des compétences et d’une équipe rodée pour assumer ces épreuves.»

Qui pour succéder à la Russie?

Première nation championne du monde de curling mixte en 2015 à Berne, la Norvège a vu la Russie lui succéder l’an passé à Kazan. Et cette année, qui part avec l’étiquette de favori? «Il est difficile d’annoncer deux ou trois favoris, étant donné que ces joueuses et joueurs évoluent à leur niveau. La grande majorité ne participe d’ailleurs pas à des compétitions individuelles au niveau international», explique Jacques Dussez. «On peut par contre quand même citer la Suisse, la Norvège, la Suède, la Russie, le Canada, la Chine, l’Écosse ou encore l’Allemagne. En gardant toutefois bien à l’esprit qu’en curling, tout est permis», rigole le président du comité d’organisation. gc


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top