07.10.2017, 00:01  

Comment la numérisation aide-t-elle les sportifs d’élite?

Abonnés
chargement
Loïc Meillard s’est plié à quelques exercices pour démontrer le rendement des outils numériques dans le sport.

 07.10.2017, 00:01   Comment la numérisation aide-t-elle les sportifs d’élite?

Par par

TECHNOLOGIE - Les athlètes de pointe ont de plus en plus recours aux nouvelles technologies qui leur permettent de s’entraîner plus efficacement.

Les appareils électroniques, que ce soit des téléphones, des montres ou des lunettes, sont aujourd’hui capables de recueillir instantanément des données personnelles de votre activité physique quotidienne comme le nombre de pas que vous parcourez ou le total des calories brûlées. Les athlètes de haut niveau bénéficient notamment d’instruments numériques poussés leur permettant de rendre leur entraînement...

Les appareils électroniques, que ce soit des téléphones, des montres ou des lunettes, sont aujourd’hui capables de recueillir instantanément des données personnelles de votre activité physique quotidienne comme le nombre de pas que vous parcourez ou le total des calories brûlées. Les athlètes de haut niveau bénéficient notamment d’instruments numériques poussés leur permettant de rendre leur entraînement plus efficace.

Efficacité de l’entraînement

A travers l’utilisation des nouvelles technologies, le sportif recherche une certaine efficacité pour progresser. «La numérisation des données va permettre de réduire la partie chance qui existe dans chaque performance, de valider les choix d’entraînements – faut-il augmenter ou réduire l’intensité et le nombre des séances – d’améliorer la capacité sportive et d’éviter les blessures», mentionne Patrick Flaction. Grâce à ces outils, l’athlète et son entraîneur sont ainsi directement connectés. «Avec les données recueillies en temps réel, nous pouvons ainsi adapter immédiatement l’entraînement. Nous savons, par exemple, si le sportif que l’on suit est fatigué ou non.» Tous deux peuvent travailler à distance avec la même efficacité que s’ils se trouvaient ensemble.

Un matériel moins encombrant

Alors que, à l’époque, des laboratoires entiers étaient nécessaires pour recueillir la moindre petite donnée, tout est aujourd’hui numérisé sur smartphones, tablettes et logiciels pour davantage de rapidité et d’efficacité. «Le volume et le poids de matériel requis ont été divisés par dix.»Tous les athlètes travaillant avec Patrick Flaction possèdent ainsi une montre qui indique la fréquence cardiaque, les dénivelés et les kilomètres parcourus en course, ou encore les intervalles à réaliser. Ils utilisent également Myotest, un petit appareil créé par le préparateur physique valaisan qui calcule les performances et les capacités musculaires. Et, enfin, ils se servent de l’O2-Course permettant de faire une prise de sang afin d’évaluer le niveau de fatigue.

Analyses statistiques et feed-back

La technologie permet de garder une trace de tous les exercices effectués. Toutes les données récoltées sont nécessaires pour créer des analyses statistiques. «On observe l’évolution de la puissance. On voit comment le corps de l’athlète réagit dans le temps et pas uniquement sur une ou deux séances ponctuelles. On peut comparer les données entre les semaines et les années, cela facilite le suivi. On prolonge également la période de performance. Les athlètes sont toujours plus âgés.» Enfin, grâce à son portable, l’athlète est en permanence en contact avec son entraîneur. Loïc Meillard et les autres skieurs utilisent ainsi WhatsApp pour envoyer des vidéos de leur entraînement en salle ou sur la neige à Patrick Flaction qui peut les corriger immédiatement. «Il est important d’avoir toujours un regard extérieur pour s’assurer que les exercices sont effectués correctement», glisse le skieur d’Hérémence.

Une meilleure planification

Les limites de la technologie


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top