02.10.2017, 19:00  

Chaînes privées: grâce à l'affaire Fringer-Constantin, Teleclub a marqué son territoire face à MySports

Abonnés
chargement
Christophe Spahr, journaliste au Nouvelliste.

 02.10.2017, 19:00   Chaînes privées: grâce à l'affaire Fringer-Constantin, Teleclub a marqué son territoire face à MySports

time-out - Sans le vouloir, grâce à l'affaire Fringer-Constantin, Teleclub a marqué des points face à sa nouvelle concurrente, MySports. A cette dernière, désormais, de faire le buzz dans les médias pour quelques jours. La chronique de Christophe Spahr, responsable des sports au "Nouvelliste".

Chaînes privées: Teleclub a fait le buzz

Dans le match que se livrent Teleclub et MySports, deux chaînes privées, au niveau des droits TV, la première a incontestablement marqué des points malgré elle lors de l’affaire Fringer-Constantin. Voilà dix jours que Teleclub fait la une des médias et rappelle, si tant est que c’était nécessaire, qu’elle existe encore malgré les efforts promotionnels de sa concurrente. Il reste désormais aux dirigeants de la «petite» chaîne qui...

Chaînes privées: Teleclub a fait le buzz

Dans le match que se livrent Teleclub et MySports, deux chaînes privées, au niveau des droits TV, la première a incontestablement marqué des points malgré elle lors de l’affaire Fringer-Constantin. Voilà dix jours que Teleclub fait la une des médias et rappelle, si tant est que c’était nécessaire, qu’elle existe encore malgré les efforts promotionnels de sa concurrente. Il reste désormais aux dirigeants de la «petite» chaîne qui monte de trouver de quoi reprendre la main et faire le buzz à son tour. Jusqu’à vivre la surenchère des phrases chocs que se livrent les chaînes françaises, via leurs consultants, par ailleurs bien plus incisifs qu’ici, il reste encore du chemin en Suisse.

Patinoire de Graben, un éternel voyage dans le temps

A chaque fois qu’on se rend à Sierre, à la patinoire de Graben, on a le sentiment désagréable de remonter le temps. C’était plus marqué encore, cette fois, que trois heures plus tôt, j’ai eu l’occasion de visiter la nouvelle salle polyvalente Recto-Verso de Grône, un magnifique outil pour les sociétés locales. Passons sur la désuétude de Graben, un constat connu et largement déploré. Quelle surprise, toutefois, d’assister à un match en «night session» où le puck était difficilement visible en raison d’un éclairage plus que défaillant. Au point qu’un jour, un arbitre un rien tatillon ou un adversaire un peu procédurier renverra le match à un jour meilleur, où la lumière naturelle réussira à s’infiltrer. J’ai quand même une question: comment un petit village peut-il s’offrir un salle à plus de 14 millions et une ville, qui a longtemps dû son rayonnement à son club de hockey, n’arrive pas à doter sa patinoire d’une lumière digne de ce nom?

Hockey: la fluidité, ce n’est pas encore tout à fait ça

Pour revenir sur la glace, il est louable de se montrer plus strict avec toutes les fautes parasites – retenir, accrocher – qui polluent les rencontres et péjorent la qualité du jeu. Si tant est que les arbitres tiennent véritablement cette ligne dans la durée, les joueurs et le public y trouveront leur compte. Jusque-là, il faut bien convenir que l’objectif visant à améliorer la fluidité du jeu et éviter les temps morts n’est pas atteint. A l’instar de ce Sierre-Meyrin insupportable tant il y a eu des pénalités, des interruptions du jeu, des discussions à n’en plus finir et des contestations, jusqu’à la communication des sanctions à la table des marqueurs. Au final, il y a eu autant de temps morts, de palabres et d’hésitations que de jeu, à proprement parler. Et tout ça quasiment dans le noir, donc.

Alain Joseph: la patience récompensée

Alain Joseph, le président du Lausanne-Sport, paraît à ce point enclin à céder sa place qu’il n’est pas loin de poster une petite annonce. Plus sérieusement, le boss de la Pontaise cherche visiblement un repreneur à son club afin de retrouver, certainement, une vie normale. En attendant, il y a quelque chose de réjouissant au fait qu’il soit récompensé pour sa patience. Combien de fois n’a-t-on pas déjà lu, depuis plus d’une année, qu’il doit se séparer de Fabio Celestini? Or, le coach vaudois a atteint son objectif – le maintien – la saison passée. Il y a quelques semaines, Alain Joseph a même convoqué une conférence de presse pour confirmer son entraîneur en place. Voilà qui détonne, non? C’était en même temps un signal fort en direction de ses joueurs. Partant de là, est-ce vraiment du hasard si Lausanne est invaincu depuis six matchs, toutes compétitions confondues? Et qu’en championnat, il a engrangé deux victoires et deux nuls? Je n’ai pas envie de croire au hasard. Moins encore quand on pense aux dirigeants du Bayern Munich...


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

polémiqueAffaire Constantin: le président du FC Sion est prêt à "continuer" si Rolf Fringer renouvelle ses critiquesAffaire Constantin: le président du FC Sion est prêt à "continuer" si Rolf Fringer renouvelle ses critiques

ExplicationsRolf Fringer: "Barthélémy Constantin m'a dit: Je te jure, je te tue"Rolf Fringer: "Barthélémy Constantin m'a dit: Je te jure, je te tue"

dérapageFootball: voilà ce qu'avait dit Rolf Fringer à propos de Christian ConstantinFootball: voilà ce qu'avait dit Rolf Fringer à propos de Christian Constantin

agressionFootball: après avoir agressé l'ancien sélectionneur Rolf Fringer, Christian Constantin porte plainteFootball: après avoir agressé l'ancien sélectionneur Rolf Fringer, Christian Constantin porte plainte

Top