06.06.2014, 16:35  

Marche: le défi insensé d'Urbain Girod

chargement
Urbain Girod est parti de Paris mercredi, il devrait rejoindre Colmar samedi en fin d'après-midi après 430 kilomètres d'effort.


Daniel Clerc
Par JT

Paris-Colmar - Urbain Girod participe pour la septième fois à la mythique compétition de marche Paris-Colmar. Une compétition de près de 430 kilomètres, que les marcheurs effectuent d'une traite sur quatre jours. Vendredi en fin d'après-midi, le Chablaisien pointait au 6e rang après 300 kilomètres de marche.

Plus de 40 heures d'effort pour 299 kilomètres de marche. Parti mercredi de Paris, Urbain Girod (50 ans) tient la distance. Sans ralentir la cadence et encore moins couper son élan.

Sur les coup des 16 heures ce vendredi, le Chablaisien se trouvait à 129 bornes de Colmar. La ville alsacienne marque la ligne d’arrivée de la plus mythique des compétitions de marche de fond en Europe après 429,6 kilomètres parcourus depuis Paris. "Au-delà de la performance, c’est un magnifique challenge de traverser la France à pied. Ce qui est beau, c’est de faire à pied en trois ou quatre jours, un trajet que l’on fait en cinq heures de voiture", mentionne Urbain Girod qui devrait arriver à Colmar samedi en fin d’après-midi.

Un défi de fou, en quelque sorte. Le kilométrage correspond à se rendre de Sion à Nice en passant par Turin. Ce Paris-Colmar est à la marche, ce qu’est la Race Across America (4800 kilomètres de traversée des USA) au vélo ou le Tor des Géants (330 kilomètres d’ultra-trail) en course de montagne. "Les gens ne comprennent pas pourquoi, je fais cela. Surtout en marchant. Pour moi, c’est avant tout un plaisir", explique l’homme sélectionné parmi les 25 ahuris pour rejoindre l’Alsace depuis la capitale française. Loin d’être une contrainte, Urbain Girod sourit lorsqu’il évoque cette passion avec les gens. "On me demande tout le temps comment je fais pour marcher durant trois jours sans dormir."

D'ailleurs depuis mercredi, le Valaisan ne compte pas les heures de sommeil, tout au plus les minutes lors desquelles il ferme les yeux. "«Je somnole en marchant. Je me mets dans un certain état d’inconscience durant quelques minutes. Cela me permet de récupérer."

Retrouvez notre sujet complet consacré à Urbain Girod dans notre édition payante du samedi 7 juin 2014.


Top