25.09.2017, 00:01  

Le décathlon est en quête de notoriété cantonale

Abonnés
chargement
Dans les catégories U20 et U18 hommes et femmes confondus, seuls dix athlètes ont pris part aux championnats valaisans de concours multiples ce week-end.

 25.09.2017, 00:01   Le décathlon est en quête de notoriété cantonale

ATHLÉTISME - Si les athlètes valaisans ont beaucoup progressé dans les disciplines individuelles ces dernières années, ils se font rares dans les concours multiples qui perdent leur leader Flavien Antille parti à la retraite.

Flavien Antille a lancé ses derniers poids et javelot, a effectué son dernier saut en longueur et couru son ultime 1500 mètres lors des championnats valaisans de concours multiples ce week-end. Avec 7397 points, le meilleur décathlète cantonal de l’histoire quitte la compétition. Le Martignerain a apporté un...

Flavien Antille a lancé ses derniers poids et javelot, a effectué son dernier saut en longueur et couru son ultime 1500 mètres lors des championnats valaisans de concours multiples ce week-end. Avec 7397 points, le meilleur décathlète cantonal de l’histoire quitte la compétition. Le Martignerain a apporté un renouveau en Valais à une discipline qui cherchait un successeur à Paul Morand depuis les années 70. «Flavien a démontré qu’un athlète valaisan, même dans une discipline extrêmement difficile, peut représenter la Suisse à haut niveau, souligne Julien Quennoz, coresponsable des cadres cantonaux d’athlétisme. C’était important d’avoir un modèle, surtout en décathlon où il y a toujours de moins en moins de monde.»

Faible réservoir d’athlètes

Avec la retraite de Flavien Antille se pose en effet la question de la relève dans cette discipline. «Malheureusement, il y a peu de jeunes qui suivent», analyse Cédric Follin, entraîneur du décathlète martignerain ces douze dernières années. Le constat se pose au regard de la participation, ce week-end à Sion, où on dénombrait uniquement six filles et quatre garçons dans les catégories U20 et U18. «Le décathlon exige énormément de contraintes et demande de nombreux sacrifices, sans compter qu’il est nécessaire d’avoir un certain talent. Ici, il faut s’entraîner sur dix disciplines. Beaucoup trouvent ainsi plus facile de se spécialiser sur une seule. On ne peut pas leur en vouloir, mais c’est à l’image de la société: on a besoin de résultats rapidement et on choisit alors où on est le plus fort.» Si les formateurs de l’athlétisme valaisan favorisent la pratique globale de leur sport jusqu’à 16 ans, ils remarquent que les athlètes se spécialisent rapidement par la suite. «La problématique n’est pas uniquement valaisanne, mais romande, reprend Julien Quennoz. Il n’existe aucun réservoir de décathlètes qui se comptent sur les doigts de la main.» Dans ces conditions, il devient difficile de proposer une structure d’entraînement adéquate pour les jeunes qui désireraient mettre l’accent sur les concours multiples. «On en discute, mais il est donc nécessaire d’avoir un certain nombre d’athlètes pour réaliser des investissements.»

Des jeunes dispatchés pour les entraînements

Aujourd’hui, les rares décathlètes accumulent les kilomètres pour s’entraîner, à l’image de Flavien Antille qui partageait ses séances entre Macolin, Berne, Martigny et Vétroz, et sont dispatchés dans différents groupes. «C’est du bricolage et ce n’est pas le plan idéal pour assurer un suivi personnel performant.»

Sans oublier que les entraîneurs sont également davantage des spécialistes que des généralistes. Pour combler ce déficit, Flavien Antille va prochainement passer son diplôme B d’entraîneur et fera profiter les cadres romands et valaisans de ses compétences. «On espère que Flavien peut apporter une nouvelle impulsion.»

Fabian Amherd comme successeur?

Si la quantité de jeunes décathlètes fait défaut en Romandie, le Valais peut toutefois déjà se réjouir de posséder un nouveau talent en la personne de Fabian Amherd. Le Haut-Valaisan de 16 ans, qui n’a pas participé aux championnats valaisans ce week-end s’est déjà illustré en prenant le 4e rang aux joutes nationales élites de concours multiples il y a un mois. «Il possède un gros potentiel, mentionne Julien Quennoz. Il a d’ailleurs reçu sa carte nationale pour l’année prochaine, une carte qui indique qu’il a les capacités pour participer à des concours internationaux.» Avec un record personnel à 6352 points, il pourrait bien battre le record cantonal U18 de Flavien Antille (6554) l’année prochaine. «Il progresse bien. Il pourrait malgré tout avoir un meilleur suivi notamment pour les sauts, les sprints et les haies, mais cela va se mettre en place. Mais, le plus important, il a surtout envie de faire du multiple.»

Fabian Amherd est le successeur désigné de Flavien Antille. Puisse-t-il également créer des vocations en décathlon.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top