07.10.2017, 00:01  

Le mystère Stephen Paddock reste entier

Abonnés
chargement
Stephan Paddock, qui a abattu 58 personnes dimanche à las Vegas, a-t-il agi seul?

 07.10.2017, 00:01   Le mystère Stephen Paddock reste entier

Par par philippe gélie, washington

joseph Lombardo est un maître du suspense. Le shérif du comté de Clark, qui englobe Las Vegas, s’est imposé comme l’interlocuteur privilégié des médias depuis la tuerie de masse qui a frappé sa ville dimanche dernier. À la fois bavard et élusif, il contribue à épaissir le mystère qu’il est censé élucider.

Après avoir décrit Stephen Paddock comme un «loup...

joseph Lombardo est un maître du suspense. Le shérif du comté de Clark, qui englobe Las Vegas, s’est imposé comme l’interlocuteur privilégié des médias depuis la tuerie de masse qui a frappé sa ville dimanche dernier. À la fois bavard et élusif, il contribue à épaissir le mystère qu’il est censé élucider.

Après avoir décrit Stephen Paddock comme un «loup solitaire», Joe Lombardo ne croit plus qu’il ait agi seul. L’homme de 64 ans qui a tiré de sa fenêtre sur la foule d’un concert en plein air, tuant 58 personnes et en blessant 483, selon le dernier bilan, avait apporté 23 armes à feu dans sa suite du 32e étage de l’hôtel Mandala Bay.

Crimé prémédité

Il avait installé deux caméras sur une table roulante laissée dans le couloir et une autre sur l’œil-de-bœuf de sa chambre, lui permettant de surveiller l’arrivée des forces de l’ordre depuis un écran dans son salon.

Joe Lombardo en tire deux conclusions: que Paddock a dû bénéficier d’une aide quelconque et qu’il avait l’intention de s’en sortir vivant. «C’est une supposition qu’on doit faire. Peut-être que c’était Superman, peut-être qu’il a préparé tout ça tout seul, mais j’aurais du mal à le croire.» Pourquoi spéculer que l’assassin qui s’est tiré une balle dans la tête avait le projet d’échapper à la police? «Je ne peux pas vous le dire.» Paddock a laissé une note qui n’a rien d’un testament, plutôt marquée de chiffres que le FBI s’efforce de décrypter. La revendication de l’État islamique n’est toujours pas prise au sérieux, mais la police fédérale se montre plus prudente sur «la possibilité» d’une connexion terroriste.

Vingt-trois kilos d’explosifs

Presque une semaine après la tragédie, la seule certitude est que Paddock a préparé son crime avec minutie et pendant longtemps. Entre octobre 2016 et septembre 2017, il a acheté 33 armes sans jamais attirer l’attention du Bureau des alcools, tabac, armes et explosif, auquel ne sont signalés que les achats groupés d’au moins deux fusils semi-automatiques.

Il possédait 47 fusils et pistolets de tous calibres. Les enquêteurs ont trouvé dans sa voiture 23 kg d’explosifs et 1600 munitions en plus des dizaines de chargeurs empilés dans sa chambre d’hôtel. Millionnaire mais asocial, Stephen Paddock reste une énigme pour les enquêteurs. Joueur de haut vol, il avait passé toute la nuit précédente sur des machines de poker. le figaro


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top