16.09.2017, 00:01  

Un audit sera effectué à Addiction Valais

Abonnés
chargement
Un expert indépendant va analyser les différents centres de soins d’Addiction Valais, dont Villa Flora à Sierre.

 16.09.2017, 00:01   Un audit sera effectué à Addiction Valais

Par christine savioz

«Je suis heureux de voir que MmeKalbermatten change d’avis après quatre mois où, visiblement, les remous ont continué au sein d’Addiction Valais!» s’est réjoui Laurent Léger, député PDC et médecin, à l’issue de la session parlementaire d’hier. Le politicien avait déjà alerté Esther Waeber-Kalbermatten, en juin dernier, sur...

«Je suis heureux de voir que MmeKalbermatten change d’avis après quatre mois où, visiblement, les remous ont continué au sein d’Addiction Valais!» s’est réjoui Laurent Léger, député PDC et médecin, à l’issue de la session parlementaire d’hier. Le politicien avait déjà alerté Esther Waeber-Kalbermatten, en juin dernier, sur les dysfonctionnements d’Addiction Valais, par une interpellation urgente. La cheffe du Département de la santé et des affaires sociales avait alors balayé le texte du revers de la main.

Lors de la session d’hier, Esther Waeber-Kalbematten a au contraire accepté les deux postulats urgents concernant Addiction Valais, déposés respectivement par des députés PDC (dont Laurent Léger), PLR et Verts et par l’UDC. Si le texte interpartis concernait les Rives du Rhône (voir encadré), le texte de l’UDC demandait un audit d’Addiction Valais.

L’expert devrait rendre son rapport fin 2017

La structure sera ainsi examinée «en profondeur» selon les termes d’Esther Waeber-Kalbermatten, par un expert indépendant, venant de l’extérieur du canton. «Nous attendrons les conclusions de son travail pour prendre des décisions éventuelles au sujet d’Addiction Valais», a ajouté la conseillère d’Etat. Les résultats de cet audit sont attendus pour la fin de l’année.

Si les postulants sont ravis d’avoir été entendus par Esther Waeber-Kalbermatten, ils seront vigilants sur la suite du dossier Addiction Valais. «J’espère que l’expert mandaté aura suffisamment de hauteur de vue pour établir un rapport objectif qui puisse faire avancer la situation», a souligné la députée Marianne Maret.

Du côté d’Addiction Valais, la direction se dit confiante. «Nous sommes contents que nos centres soient examinés par une instance externe. L’expert verra que nos offres sont bonnes et larges. Je trouve l’annonce de cet audit plutôt positive», souligne Ueli Gerber, codirecteur de la fondation.

Cinq interpellations également déposées

Une directive envoyée récemment par la direction d’Addiction Valais (voir «Le Nouvelliste» du jeudi 7 septembre) aux responsables des différents centres de soins (Villa Flora, Via Gampel et les Rives du Rhône) a fait bouger plusieurs autres députés qui ont déposé des interpellations urgentes hier – cinq en tout. La directive en question indiquait qu’Addiction Valais devait «devenir un centre de bien-être où au sein duquel la consommation de psychotropes est réglementée». «L’argent des Valaisans est-il destiné à financer des centres de bien-être?» a interrogé la démocrate-chrétienne Marianne Maret, en rappelant que l’Etat subventionne la structure à hauteur de sept millions de francs.

Presque 40 départs depuis 2013

Pour Esther Waeber-Kalbermatten, la notion de «centre de bien-être» indiquée dans la directive interne d’Addiction Valais ne veut pas dire que le concept de soins va changer. «En juin dernier, la direction nous a confirmé par écrit qu’il n’y avait pas de changement de cap majeur dans la thérapie de soins», a-t-elle répondu aux parlementaires.

Reste que depuis quatre ans, Addiction Valais a enregistré «trente-six départs dont quinze licenciements», a rappelé l’UDC Grégory Logean. Pour lui, «il y a clairement le feu dans la maison. L’audit est donc important et indispensable».

Quid des foyers rives du rhône?

En juin dernier, les Amis de Rives du Rhône annonçaient leur séparation d’Addiction Valais pour la fin de l’année, mettant également fin au bail pour le foyer de Salvan qui leur appartient. Des députés ont demandé, par un postulat urgent, au Conseil d’Etat de permettre aux foyers Rives du Rhône de bénéficier, indépendamment de la fondation Addiction Valais, d’une convention et d’un mandat de prestations de l’Etat pour prendre en charge des toxicomanes avec leur haut niveau d’exigence.

En acceptant ce postulat, Esther Waeber-Kalbermatten semble rester ouverte sur la question.

De quoi réjouir l’Association des amis et anciens de Rives du Rhône (AAAR). «Nous prenons cela comme une ouverture au dialogue. De notre côté, l’ouverture d’une nouvelle structure résidentielle est prévue pour janvier2018 pour pérenniser le concept des foyers Rives du Rhône. Ce projet, concocté notamment par le Dr René Chiolero, sera présenté le 11octobre prochain», explique Xavier Lavanchy, le président de l’AAAR. CSA


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top