10.01.2016, 23:21

Un polar qui enflamme toute une région

Abonnés
chargement
Un polar qui enflamme toute une région

 10.01.2016, 23:21 Un polar qui enflamme toute une région

Par patrice genet

LITTéRATURE Premier roman du Genevois Marc Voltenauer, «Le Dragon du Muveran», dont l’action se déroule dans le Chablais vaudois, rencontre un franc succès en Suisse romande.

Temple de Gryon, au cœur des Alpes vaudoises, dimanche 9 septembre 2012. Le cadavre d’un homme nu gît tel un Christ crucifié, un couteau planté dans le cœur, sur la table sainte. Ainsi commence l’enquête de l’inspecteur Andreas Auer. Et avec elle le premier roman de l’auteur genevois Marc...

Temple de Gryon, au cœur des Alpes vaudoises, dimanche 9 septembre 2012. Le cadavre d’un homme nu gît tel un Christ crucifié, un couteau planté dans le cœur, sur la table sainte. Ainsi commence l’enquête de l’inspecteur Andreas Auer. Et avec elle le premier roman de l’auteur genevois Marc Voltenauer, 43 ans.

Ce polar à la sauce scandinave – fan du genre, l’écrivain est suédois par sa mère – connaît un succès considérable en Suisse romande. Publié aux editions lausannoises Plaisir de lire, l’ouvrage a déjà fait l’objet de trois retirages, pour un total à ce jour de 2800 exemplaires. Des chiffres élevés pour le marché romand. Durant les Fêtes, plusieurs librairies étaient même en rupture de stock. «Je suis très touché et surpris par l’ampleur de ce succès», avoue pudiquement Marc Voltenauer, cadre pour une chaîne de pharmacies et bourgeois de Gryon – il y possède un chalet avec son ami.

Le fringant quadragénaire estime les ventes pour la région de Bex – à la librairie Le crime parfait –, Gryon et Villars à 700 exemplaires. Dont 200 au seul kiosque de la gare de Villars-sur-Ollon. «J’ai eu des retours de la part de proches avant d’envoyer le manuscrit à des éditeurs. Mais pour moi, les feed-back des locaux, c’était le test ultime. J’ai eu beaucoup de retours positifs de la part des gens de Gryon et environs, qui reconnaissent leur village, l’ambiance de leur coin de pays. Le boucher, le boulanger et d’autres parlent du bouquin autour d’eux. L’enthousiasme est assez fort de la part des gens et de la commune.» Un enthousiasme qui a même gagné le pasteur lui-même. «On a fait la soirée de lancement au temple, et on a fait le plein. Le pasteur, qui adore les polars, est venu vers moi et m’a dit en riant «Il va falloir que je revoie ma formule pour le culte du dimanche; toi, tu arrives à remplir le temple, moi pas…» Autre symbole du succès, des coffrets incluant le livre, une bouteille de Milan Noir de la Société vinicole de Bex et un paquet de flûtes d’une boulangerie du coin – autant d’éléments locaux apparaissant dans le récit – ont rapidement été épuisés.

Pourtant, Marc Voltenauer, qui a suivi des études de… théologie avant de travailler notamment pour les ressources humaines d’une grande banque cantonale, ne se destinait pas à l’écriture. «C’est ça qui est le plus étonnant: à l’école, je n’ai jamais vraiment aimé écrire, et je n’étais pas particulièrement bon en français.» Mais il cultive de longue date un amour du polar, genre très en vogue depuis quelques années.

Voici trois ans, rentré d’un voyage d’une année autour du monde, il séjourne à Gryon durant cinq mois. S’étant intéressé à la mécanique du polar, il a rapidement vu dans ce village les ingrédients propices au mystère. «Il y a un certain isolement, tout en conservant une ouverture sur l’extérieur, et puis cette église de 800ans, ces vieux chalets. L’histoire, les traditions et les légendes entourant le lieu ont fait que Gryon s’est très vite imposé.» Et il a suffi d’un réveil, une nuit, pour lancer la machine. «En trois ou quatre heures, j’avais posé le squelette de l’histoire. Et je ne me suis plus arrêté. C’est sorti assez facilement…»

Pavé de 660 pages, «Le Dragon du Muveran» aura un petit frère à l’automne. Marc Voltenauer a déjà écrit près de 300 pages de la prochaine enquête d’Andreas Auer. Qui se passera toujours à Gryon, avec les mêmes personnages principaux. On ne change pas une formule qui gagne à ce point…

Marc Voltenauer, «Le Dragon du Muveran», ed. Plaisir de lire, 660 pages. Marc Voltenauer dédicacera son livre samedi 23 janvier de 15 à 16 h 30 chez Payot Sion.

Une adaptation pour le petit ou le grand écran

Tout s’est accéléré pour Marc Voltenauer ces dernières semaines. Alors que les chiffres de vente de son roman le comblent déjà, lui qui espérait en vendre 400 ou 500 exemplaires, voici que l’on parle déjà de l’adaptation du polar pour le grand ou le petit écran. Coproductrice de «Sils Maria», film d’Olivier Assayas qui a notamment réuni en 2014 Juliette Binoche et Kristen Stewart, la société vaudoise CAB Productions annonce l’adaptation du «Dragon du Muveran» parmi ses projets en développement. «L’idée est soit d’en faire une série pour la télévision, soit un long métrage», se réjouit Marc Voltenauer. Qui ne s’attendait pas à une telle nouvelle. «Je me suis fait la réflexion, lors de l’écriture, que telle ou telle scène ou paysage était très cinématographique, mais sans penser évidemment que cela irait plus loin. Je suis très visuel lorsque j’écris, j’ai l’image en tête, et les lieux sont pour moi des personnages à part entière.» Des lieux que l’on pourrait donc bien prochainement, retrouver sur les écrans. pge

Marc Voltenauer, à Gryon, là même où se déroule l’intrigue de son premier roman. héloïse maret


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top