15.08.2017, 22:07

Carton plein pour quatre jours de Rocklette dans le val de Bagnes

chargement
Au couvert du goly samedi 12 août, les Suédois de Truckfighters ont incité le public à les rejoindre sur scène. La folie...

 15.08.2017, 22:07 Carton plein pour quatre jours de Rocklette dans le val de Bagnes

«La moitié de notre budget est passé dans l’embauche d’un chaman, c’est pour ça...» A l’aube de la dernière journée estampillée Rocklette dans le Val de Bagnes, Sébastien Olesen s’amuse du joli tour joué à la Météo pluvieuse de ce mois d’août pour les quatre dates de rock en alpage organisées par le Palp Festival.

Samedi, les nuages avaient miraculeusement déserté les cieux valaisans pour la session du couvert du Goly, permettant aux furieux suédois Truckfighters, au bluesman touareg Bombino, aux puissants allemands My Sleeping Karma et aux excellents régionaux The Last Moan d’ouvrir les feux dans des conditions idéales.

Le souffle coupé

Dès lors tout est allé comme sur des roulettes de «flightcase», à La Chaux pour la Journée des Familles - même si la Fusion entre les deux entités Palp et Verbier est encore à trouver -, à la Cabane Brunet où le décor invraisemblable et reculé a laissé sans voix l’américain Brant Björk et les japonais Kikagaku Moyo.

«Brant Björk m’a dit que parfois il lui était difficile de se rappeler d’où les concerts ont eu lieu, mais qu’il se souviendrait toujours de la Rocklette», explique le directeur. Pareil pour Kikagaku Moyo, dont les photos du haut Val de Bagnes ont déchaîné les passions au Japon sur les réseaux sociaux. Ou alors que les californiens d’Allah-Las dont le flegme légendaire a été électrisé par la découverte du décor. La tête d'affiche Blues Pills a également partagé son contentement sur les réseaux sociaux. 

 

 

 

 

 

Plus de 3000 personnes

Evénements voulu intimistes, les journées Rocklette ont dépassé les attentes des organisateurs avec une fréquentation estimée à plus de 3000 personnes. Le festival est donc dans les chiffres noirs pour son volet bagnard, doté d’un budget de près de 200000 francs. «Le soutien de la commune de Bagnes est à souligner.  Sans lui, nous ne pourrions pas faire de telles productions dans des lieux aussi excentrés.» Mais le partenariat est gagnant-gagnant. L’image de la région circule d’ores et déjà d’une façon nouvelle, auprès d’un public nouveau. Quand les milieux alternatifs et l’institution collaborent, tout le monde y gagne. 

 


 


Top