28.09.2017, 00:01  

Le géant chinois du rail qui a précipité la fusion

Abonnés
chargement
TGV et ICE unissent leurs forces à travers la fusion d’Alstom et de Siemens pour contrer le Chinois CRRC.

 28.09.2017, 00:01   Le géant chinois du rail qui a précipité la fusion

TGV-ICE - Les deux groupes Alstom et Siemens boucleront leur fusion d’ici fin 2018. Objectif: faire de l’ombre à leur rival asiatique CRRC.

En 2014, soucieuse de créer un champion national du rail, la Chine fusionnait deux groupes de matériel ferroviaire pour donner naissance à CRRC. Aujourd’hui, ce géant étatique domine le marché mondial et collectionne les commandes, ce qui a poussé au mariage de ses rivaux français Alstom et allemand Siemens Mobility.

C’est l’un des arguments avancés pour justifier la fusion des...

En 2014, soucieuse de créer un champion national du rail, la Chine fusionnait deux groupes de matériel ferroviaire pour donner naissance à CRRC. Aujourd’hui, ce géant étatique domine le marché mondial et collectionne les commandes, ce qui a poussé au mariage de ses rivaux français Alstom et allemand Siemens Mobility.

C’est l’un des arguments avancés pour justifier la fusion des activités ferroviaires de deux entités européennes: la nécessité de contrer la concurrence de plus en plus ombrageuse du mastodonte chinois, bien plus gros qu’eux. CRRC Corp. a ainsi enregistré, en 2016, un chiffre d’affaires annuel approchant 224 milliards de yuans (près de 33 milliards de francs) et engrangé pour 7,9 milliards de francs de nouvelles commandes hors de Chine, un bond de 40% sur un an.

Le groupe peut faire valoir son expérience dans le train à grande vitesse: la Chine possède en effet le plus long réseau de lignes à grande vitesse du monde (près de 20 000 kilomètres).

Appui de Pékin

CRRC profite aussi d’un fort appui gouvernemental. En concrétisant, fin 2014, la fusion des sociétés publiques CNR et CSR, Pékin ne cachait pas son ambition de faire de la nouvelle entité, «China Railway Rolling Stock Corporation», un «nouveau leader mondial» du rail». Ce rapprochement refermait une parenthèse d’une quinzaine d’années: CSR et CNR étaient issus d’un même fabricant de matériel ferroviaire qui s’était émancipé, en 2000, de la tutelle du ministère des Chemins de fer avant de se scinder. Les deux groupes produisaient depuis lors wagons et locomotives pour un réseau ferroviaire chinois en rapide expansion. Ils se comportaient en revanche en concurrents sur les appels d’offres à l’étranger.

CNR avait ainsi décroché un ambitieux contrat pour fournir les trains du réseau interurbain de Boston (USA). En revanche, CSR avait connu un revers avec l’annulation d’un appel d’offres pour un onéreux projet de train à grande vitesse au Mexique.

Prix cassés

Depuis la fusion, CRRC, fort des économies d’échelle réalisées, a su s’imposer sur des projets emblématiques avec la réputation de casser les prix. En mars 2016, il était retenu pour fournir des trains au réseau de métro de Chicago, un contrat de 1,3 milliard de dollars.

Après les Etats-Unis, l’Argentine, l’Afrique du Sud, la Thaïlande ou encore le Pakistan, le géant chinois lorgne désormais sur les marchés européens: en décembre, sa filiale CRRC Zhuzhou Locomotive concluait la vente de trois rames de train à grande vitesse à la République tchèque, son premier contrat dans l’Union européenne. Musclant son offensive européenne, CRRC a par ailleurs proposé en début d’année d’injecter 300 millions d’euros pour contribuer au redressement des chemins de fer bulgares.

Le rapprochement entre Siemens et Alstom pourrait cependant compliquer l’équation. En «combinant leurs forces», les deux groupes européens «vont renforcer leur avantage dans les métros et transports urbains, ce qui intensifiera la pression sur CRRC», moins performant sur ce créneau que sur le TGV, avertit Zhao Jian, professeur de l’Université Jiaotong de Pékin. ats

Rappel des faits

Alstom et Siemens ont officialisé, mardi soir, la signature d’un protocole d’accord en vue de la fusion de leurs activités ferroviaires. Le nouveau groupe aura 17,5 milliards de francs de chiffre d’affaires programmé pour se battre contre le géant chinois CRRC.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top